ChooseMyCompany

Trouvez l'entreprise où vous serez heureux !

Auteur : Gorc

Funambule

Voici qu’un trader fatigué se trompe de 3 zéros; voilà que le monde s’écroule pendant une demi heure.

Voici qu’un volcan fait son boulot; voilà qu’un million d’entre nous se couche dans des halls.

Voici qu’une agence étrangère défie le royaume d’Espagne; voilà que vascille l’oeuvre pacifique de peuples européens.

Voici quelques jeunes sans valeur qui déboulent d’un Tunnel; voilà qu’ils engloutissent le travail d’un monde de labeur.

Voici qu’un trou dans la mer doit faire boire des voitures; voilà ce qui vivait autour mourrant goudronné.

J’ai le vertige.

Mais voici que vient mon fils; et voilà que s’émiette mon univers…

Que vais-je bien pouvoir lui dire ?

Coca Cola a-t-il compris la génération Y ?

Je vous invite à la lecture passionnante de la rencontre de la DRH de Coca-Cola avec Benjamin Chaminade, de GénérationY20.com

La marque reflète une certaine modernité et propose des lifestyles toujours tendance

L’interviewer a inventé le terme de Génération Y.

Contre toute attente, il en est sorti un post langue de bois et finalement anachronique.

Le pur copier-collé d’un site corporate bien léché des années 90.

On y découvre -ô nouveauté- que les valeurs des collaborateurs de Coca Cola doivent être les suivantes : Passion, Leadership, Intégrité, Responsabilité, Collaboration, Qualité, Diversité.

On y découvre -ô ambition- que Coca-Cola essaye d’avoir une « bonne représentativité de la population française, que ce soit en terme d’équilibre Homme – Femmes ou en terme de cultures ».

On y découvre -ô délire- que chez Coca-Cola, les « les salariés sont acteurs de leur parcours et du développement de leur réseau ».

Que ces valeurs et pratiques soient vraiment -ou non- celles de Coca, n’est pas le débat de mes quelques lignes exagérément ironiques.

Ce qui m’interpelle, c’est l’utilisation d’un mode de communication (déclaratif, descendant, sans élément de preuve) que je pense inefficace quand il vise la Génération Y.

D’où mes interrogations :

Est-ce un post-gag au second degré ?

Ou as-tu attiré Coca-Cola dans une contre-interview type « la Génération Y pour les Nuls » ?

http://www.generationy20.com/valeurs-et-esprit-pionnier-par-claire-sillam-drh-coca-cola-france#ixzz0fMbEQS28

SNCF. Bien payé, peu de travail

La Cour des Comptes publie son rapport annuel. Celui concernant la SNCF est édifiant.

Les durées réelles du travail.

Elles sont inférieures à leurs durées théoriques imposées par la loi. Ainsi :

– Au total, la durée journalière de travail effectif moyenne des conducteurs est de 6h22 (durée à distinguer du
temps de conduite, lui même inférieur)

– Les conducteurs de ligne travaillent effectivement 6h14 par jour, soit 1h35 de moins que la durée de travail
théorique ;

– Les conducteurs de manœuvre travaillent 7h25, soit entre 20 et 35 minutes de moins ;

– Les agents d’accompagnement de la branche Voyageurs France Europe (VFE) travaillent 6h13, ceux de l’activité TER,
6h08, soit environ 1h35 de moins.

La palme revient aux agents du RER B dont le temps de travail effectif des agents descend à 5h50 par jour.

Les grèves

– En 2008 = 123 166 journées perdues

– En 2007 = 423 307 journées perdues, soit le record de ces 10 dernières années

– En 2006 = 129 213 journées perdues

Les rémunérations et les avantages

– Le coût d’un agent a augmenté de 22,8% entre 2002 et 2008 (notamment en raison de hausse générale des salaires, supérieure à l’inflation en 2005,2006 et 2007)

– Entre 2001 et 2007, les mesures d’augmentations générales ont été de +10,95%, soit un chiffre inférieur de 0,93% à celui de l’inflation, mais de 4,81% supérieur à l’évolution des mesures générales en faveur des fonctionnaires.

– Enfin, 840.000 personnes (cheminots, retraités et membres de leur famille) bénéficient du système des billets gratuits ou quasi-gratuits au sein de la SNCF

Je me demandais pourquoi je payais si cher mon aller retour Paris-Bordeaux. Maintenant je sais.

Et pourtant, je suis pour les services publics, pour leur maintien et leur renforcement.

A condition que le service, ce ne soient pas les usagers qui le rendent aux agents.

Sinon, j’appelle cela du racket social.

Si vous voulez vous faire plaisir, le rapport complet est disponible ici

Augmentations de salaires. Préparez vous aux écarts.

Ce début d’année devrait montrer de grandes disparités en terme d’attribution d’augmentation de salaire.

Car d’un côté, la croissance n’est pas encore acquise. Le chômage reste donc élevé, donc le réservoir de main d’œuvre est bien rempli. Naturellement, cela tire vers le bas les salaires des moins talentueux, des jeunes, et de ceux dont l’expertise est moins recherchée. En plus, les entreprises continuent et/ou terminent de réorganiser les services et fonctions les moins performants. Cette atmosphère crée une pression interne à la stagnation des salaires car les employeurs peuvent encore jouer la carte du « vous avez de la chance de conserver votre job quand d’autres doivent nous quitter ».

D’un autre côté, la crise se termine et les entreprises entrevoient la reprise. Et c’est surtout vrai pour les groupes internationaux donc l’activité à l’étranger reprend plus rapidement. La guerre des talents recommence donc. Il s’agit donc de retenir les plus forts. Ceux qui ont survécu à la crise et aux plans de licenciements, ceux qui ont permis à leur entreprise de traverser la tempête. Donc ceux que la concurrence chassera forcément en premier.

Ainsi, alors qu’on avait vu en 2008 revenir les augmentations générales, 2010 devrait, comme 2009, être marqué par un retour en force des augmentations individuelles.

Et très probablement aussi, par un retour des conflits sociaux.

Etude Mercer auprès de 300 grandes entreprises françaises.

L'évaluation en entreprise tuerait-elle ?

« Evaluer tue ».

C’est ce que souhaite démontrer un collectif de psychiatres, d’intellectuels et de philosophes, à l’occasion d’un meeting organisé le 7 févier à la mutualité à Paris.

Le psychanalyste Jacques-Alain Miller, qui présidera ce forum, frappe fort en visant le monde de l’entreprise où selon lui, « le monstre de l’évaluation s’est répandu comme une traînée de poudre se transformant en management par le stress ».

A un moment où tant d’entreprises mettent en place ou réactualisent leurs systèmes d’évaluation de la performance, et dans un contexte où le stress commence sérieusement à stresser tout le monde, cette conférence tombe à pic !

Cadres, les écrasés du système ?

cadres-ecrases.jpg

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén